le coteau Le Coteau
 
 
 

la cérémonie du centenaire du 11 novembre 1918

Les élèves de 3e du collège des Etines, les élèves des écoles élémentaires, les résidents du foyer et de l'ehpad du Parc, la FNACA et les élus ont rendu hommage aux disparus avec la participation des groupes artistiques du Coteau : l'Harmonie, la chorale Rhapsodia, Côté Cour, l'amicale Laïque, le centre socioculturel.

Raoul Martin, un Costellois témoin de la guerre

Né en 1886, ce fils d'industriel habite la maison à l'angle de la rue Lamartine et de l'avenue Parmentier. Il est mobilisé en 1914 comme infirmier.

Passionné de photographie, il réalise durant la guerre plus de 300 clichés sur plaques de verre, témoignages sensibles de la période.

La commune présente une sélection de ses clichés dans le parc Bécot, du 11 novembre jusqu'à la fin de l'année.

 
 

les commémorations du centenaire de la première guerre mondiale

100 ans ont passé depuis l'armistice du 11 novembre 1918. Les derniers poilus ont disparu, les générations se sont succédées et les traumatismes de ce premier conflit mondial s'effacent. Au Coteau, 138 hommes sont morts, laissant derrière eux des familles éplorées.

Le monde scolaire et associatif s'est mobilisé autour de la commune pour rendre aux victimes l'hommage qu'elles méritent. Les anciens combattants bien sûr, mais également les écoles, le collège, le foyer-résidence, les maisons de retraite, le centre socioculturel et de très nombreuses associations culturelles ont tenu à participer et à vous présenter un programme de commémoration unique.

 


L'EXPOSITION COLLECTIVE : "14-18 : ITINERAIRES DE COSTELLOIS"

proposée par le Coteau d'hier et de demain, le collège des Etines, l'école élémentaire du centre et M. Tournery, à l'Orangerie du 11 au 18 novembre.

- les costellois morts aux combats

- les principaux fronts de la guerre, les régiments

- maquettes de tranchées, de matériel d'aviation

- la guerre vue par Raoul Martin, infirmier costellois : ses photos, ses carnets, son matériel

 


RETROUVEZ L'INTEGRALITE DES TEXTES DE LA CEREMONIE : 

Les années de guerre - écrites et lues par les élèves de 3e du collège des Etines

1914 : L'été arrive tranquillement, les paysans ont rentré les foins et préparent les moissons, les petits écoliers vont pouvoir commencer leurs vacances. Des tensions et des conflits ont eu lieu ces dernières années en Europe à propos des colonies. (...) 

retrouvez ici l'intégralité du texte court ou du texte complet.

1915 : C'est l'année où de grandes offensives ont lieu : elles ont pour objectif de percer le front afin de reprendre une guerre de mouvement. Mais les tranchées sont bien préparées et les attaques se brisent toutes, terriblement meurtrières. (...)

retrouvez ici l'intégralité du texte court ou du texte complet.

1916 : L'année des deux plus grandes batailles, Verdun et la Somme. Ce fut aussi l'année de la première attaque de tanks. La bataille de Verdun est une des plus longues. le 21 février, lus de 1200 pièces d'artillerie allemandes vont tirer deux millions d'obus en deux jours sur le front... (...)

retrouvez ici l'intégralité du texte court ou du texte complet.

1917 : C'est une année charnière. De nombreux bateaux américains sont coulés par les sous-marins allemands. les Américains déclarent la guerre à l'Allemagne le 6 avril 1917. 80 000 hommes sont engagés mais il faudra attendre presqu'un an pour que le poids de l'Amérique soit vraiment décisif. (...)

retrouvez ici l'intégralité du texte court ou du texte complet.

 

Le poème de Mme Charlotte Chetail - les poètes des bords de Loire

Dors, mon clocher joli

Dors, mon clocher joli qui, tout là-bas, m'appelle.

la nuit s'en vient ici, sur nous dans la tranchée.

Devant la lampe à huile, je pose sur le papier

ces quelques mots tracés pour écrire à ma belle.

(...)

retrouvez ici l'intégralité du poème "dors, mon clocher joli"

 

les lettres de poilus, lus par Mme Renée Espitallier (compagnie Côté Cour), M. Henri Giraud (Amicale Laïque du Coteau), M. Bernard Saubin (centre socioculturel)

"ils avaient 17, 25 ou 30 ans. Beaucoup portaient le cheveu court et la moustache. beaucoup avaient les mains et la nuque parcheminées du laboureur, les doigts usés de l'ouvrier, les ongles cassés du touneur ou du mécanicien. (...)"

retrouvez ici l'intégralité des lectures.

 

 


 
 
 
 

Mairie du Coteau

 Parc Antoine Bécot - CS 80093 - 42125 Le Coteau cedex

  Tél : 04 77 67 05 11 / Fax : 04 77 71 05 08

   E-mail : contact@mairie-lecoteau.fr

 
/ Mentions légales / Contributeurs / Contact Retour haut de page